corrections mineures sur un texte déjà édité

Bonjour

 

en dépit de plusieurs re-lectures, on sait très bien qu'il y aura toujours une faute d'orthographe ou de frappe qui demeurera malgré tout dans le texte (je parle d'exemplaires papier). Est-il possible de la corriger sans encourir de pénalité, alors que le livre est déjà édité et distribué/vendu ?

 

Merci

Réponses

  • Quelles pénalités ??

    Tu fais une révision et ton livre est alors vendu avec les corrections.... Pour les précédents c'est trop tard Smiley heureux

  • ...et pour "reviser" on va dans "mon lulu" projetedité=>reviser Smiley clignant de l'œil

  • potetjppotetjp Professor

    Je l'ai déjà fait plusieurs fois. Comme mes corrections n'entrainaient aucune modification majeure (nombre de pages, format, couverture, etc.), je n'ai pas été pénalisé.

  • PoteJP: pénalisé de quoi? y'a pas de pénalité! Seulement éventuellement une modification du coût de fabrication s'il y a plus de pages, mais aussi possiblement une réduction de ce coût s'il y en a moins.
    Philippe

  • Je vous remercie tous pour vos réponses rapides. Je vois que vous vous étonnez  des "possibles pénalités".

    Mais ne sachant pas comment s'organise un imprimeur, je redoutais un surcoût si je changeais ma copie.

    Me voici définitivement rassurée...

    encore merci à tous

  • Bonjour.

    De plus, vous pouvez à tout moment non seulement modifier le texte mais également la couverture en créant une "révision" sur "mon lulu" ou encore modifier le prix.

    Bien cordialement. Daniel

     

  • Julie => lulu a recours à des imprimeurs numériques, ce qui est la même méthode que d'imprimer chez soi avec une petite iprimante laser, saud qu'ici c'est intégré dans une chaine de fabrication qui sort un livre relié à la fin. C'est donc très différent des imprimeurs classiques, avec plaques offset, qui ne pourrait d'ailleurs jamais proposer ces tarifs à l'unité. Ce procédé numérique offre donc toute lattitude pour corriger, rectifier, changer, modifier autant de fois qu'on veut, puisqu'à chaque fois, c'est comme s'ils imprimaient pour la première fois.

    Philippe

  • Se pourrait-il que nous ayons dit des bêtises à Julie?

    L'article suivant mentionne le besoin d 'acheter une révision à titre de pénalités pour les changements que Lulu doit opérer auprès de ses partenaires de distribution, alors que les révisions avant "approbation" (par nous-même) du livre demeurent gratuites.

    Il semblerait donc que la souscription d'un pack de distribution déclenche une procédure d'approbation de son ouvrage dont je n'ai pas connaissance puisque j'en suis resté à une commercialisation uniquement par Lulu.

    Qu'en disent les anciens lulus?

    Philippe

    Comment faire des changements après avoir approuvé mon livre ?






    Vérifiez le premier exemplaire de votre livre avec beaucoup d'attention avant de l'approuver. Après avoir approuvé votre livre, il est envoyé dans nos chaînes de distribution. Si vous découvrez que vous avez besoin d'opérer un changement après avoir approuvé le livre, vous devrez payer des frais de changement non négociables.

    Une fois que vous avez approuvé le livre, vous ne pouvez pas changer :

    • Le titre.
    • Le type de reliure.
    • La taille.
    • La couleur intérieure.
    1. Allez à votre Liste de Projets.
    2. Cliquez sur l'icône de Révision près de votre titre.
    3. Cliquez sur le bouton "Acheter une Révision" en bas de la page de Détails du Projet.
    4. Quand vous achetez la révision, une nouvelle version de votre livre est générée et vous pourrez changer la couverture, l'intérieur, les méta données (mots-clés) et le prix.
    5. Suivez l'automate de Publication, corrigez les problèmes que vous trouvez, et téléchargez le manuscrit révisé pour le projet.
    6. Publiez la nouvelle révision.
    7. Achetez une copie de la nouvelle version révisée. Quand elle arrive, révisez-la avec soin.
    8. Si cette épreuve vous convient, approuvez le livre révisé.





  • potetjppotetjp Professor

    Évidemment qu'il faut acheter un exemplaire, ou plus, de la version corrigée. Qui peut bien se contenter d'une version fautive de son propre livre? 

  • @Potejp: Ce n'est pas de ça dont il est question. Relisez car je soupçonne que vous n'ayez pas lu! Il est mentionné "d'acheter une révision", non pas une copie de son livre. Il est question des frais de changements non négociables (pénalités pour les  changements auprès des partenaires de distribution).

    Philippe

  • oui c'est bien exact, Philippe, mais je pense avoir saisi grâce à vos interventions:

    je vais procéder comme Jean-Charles : je distribue via lulu uniquement. Mes corrections mineures éventuelles ne m'obligeront pas à acheter un nouvel exemplaire pour un "s" et une virgule malencontreusement oubliés dans mon texte. Il en irait  tout autrement avec un package Extended Reach par exemple, où l'achat d'un exemplaire de révision est automatiquement généré dès qu'on touche au texte. Sans compter en plus, avec d'éventuelles pénalités occasionnées par le circuit de distribution.

    grand merci à tous

  • potetjppotetjp Professor

    Je sais parfaitement de quoi il s'agit. J'ai utilisé le processus de révision à plusieurs reprises et j'ai commandé à chaque fois un exemplaire corrigé.

    Libre à vous de vous contenter d'un exemplaire fautif. Homme MDR 

  • je ne doute pas un seul instant de votre expérience en matière de fautes de frappe et/ou d'orthographe. Mais je ne suis pas nombriliste et le livre, c'est au public que je le destine. (c'est pourquoi je suis si exigeante d'ailleurs).

    Alors oui, je me contenterai de l'exemplaire fautif : l'essentiel, c'est que les autres, eux, puissent bénéficier d'un exemplaire irréprochable...:0))

  • Je connais ce problème. Même quand on a adressé un tapuscrit à un éditeur, on s'aperçoit après coup - soit sur le fichier Word soit sur l'exemplaire papier copie restant, soit même sur l'exemplaire imprimé après publication et envoi des bons à tirer qu'il demeure toujours des coquilles !

  • @Ktou: alors c'est que l'éditeur a mal fait son boulot. Ca fait partie de son job d'avoir un bon correcteur pour corriger les tapuscrits qu'il accepte et qu'il édite. Tout le contraire d'un lulu autoédité qui n'est tenu qu'à "faire de son mieux", comme le dit la devise des louveteaux.

    Philippe

  • potetjppotetjp Professor

    J'ai la même mentalité que les Japonais. Il ne faut laisser aucune faute. Si j'en découvre une, je fais faire une version corrigée par Lulu.

    Pour mon premier livre, j'étais encore novice; j'ai donc demandé d'emblée un numéro ISBN. Quelle erreur! J'ai dû corriger ensuite ce livre plusieurs fois.

    Maintenant je suis prudent. Je commence par une version privée, que je corrige et recorrige jusqu'à ce que je ne voie plus d'erreur. Ce n'est qu'à partir de ce stade que je demande un ISBN et mets le livre à la disposition du public.

    Au juste, je suis obligé de faire imprimer les versions intermédiaires car ce n'est que lorsque j'ai mon livre entre les mains et non plus à l'écran que je détecte ce qui ne vas pas. Je sais qu'il y a des gens qui sont capables de faire ce travail directement sur l'écran, mais ce n'est pas mon cas.

    Grâce à Lulu, tout cela ne revient pas très cher et les nouvelles versions arrivent très rapidement. C'est vraiment un système formidable.

  • Pour ma part, je suis bien plus dérangé par l'idée de faire abattre un arbre pour satisfaire mon naturel perfectioniste que de conserver dans ma bibliothèque un exemplaire ayant une ou deux fautes. Et ce d'autant que ça n'empêche nullement de corriger ces fautes pour qu'elles ne figurent pas dans les éventuelles futures commandes de lecteurs.

    Certes, moins il y a de fautes, mieux c'est, mais si quelques unes échappent à ma vigilance sur quelques centaines de pages, ce n'est pas un drame. Si une forme imparfaite suffit à empêcher quelqu'un de profiter du fond d'un ouvrage, alors dommage pour lui. En littérature comme en droit, la lettre ne doit pas prévaloir sur l'esprit. Entre intégrisme orthographico-grammatical et laxisme, il y a à trouver la voie du juste milieu (qui variera selon chacun) afin que le mieux ne devienne pas l'ennemi du bien. C'est un peu une reformulation de ce que disait déjà Julie plus tôt dans le thread.

    Philippe

  • pour ma part, je crois que c'est  l'écran PC qui pose problème pour la re-lecture. Et c'est vrai qu'on ne peut pas faire imprimer un nouvel exemplaire à chaque fois qu'on a corrigé (l'un des miens "titre" 440 pages). Je me demande si la solution ne serait pas un moyen-terme: re-lecture sur une liseuse...

     

    Julie

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.