ISBN et format digest

Bonjour à tous,

 

Avant tout, je vais me présenter histoire de bien planter le décor :

 

      Je suis une écrivaine française, vivant en France et désirant distribuer mon travail en France avant tout.

 

      Après des années d'écriture (sérieuse et reconnue) de chansons, poésies, nouvelles, articles et nombre d'ébauches de romans tombées dans les oubliettes, détruites par moi-même, etc. ... J'ai commis enfin une oeuvre qui me satisfait et me suis lancée dans la recherche d'un éditeur. Quel monde ! J'ai du envoyer bouler Amalthée qui généreusement désirait me saigner à blanc (me faire pré-vendre, seule, 182 exemplaires à l'oeil !) avant de comprendre que certains profitent allègrement de l'égo des auteurs. Ils ont pourtant insisté sur la qualité de mon travail avec l'offre alléchante de me verser 23% de chaque vente à 27,50€ prix public... Bref... j'ai aussi découvert que certaines grandes maisons d'éditions imposent encore le format papier pour les manuscrits. Et que les gros pavés, pour un premier roman, rendent frileux d'éventuels investisseurs. J'ai aussi refusé à un autre éditeur qui voulai me scinder cette épopée en deux parties... 

D'où l'idée de faire publier en auto-édition une certaine quantité qui me permettrait d'amortir le coût des formats papier destinés à Gallimard et consorts.

 

Et là, pourquoi pas en fait choper un ISBN et bosser sérieusement ma com pour que mon travail me rapporte directement puisque de toute façon je dois en vendre ???

 

Alors OK, je me lance pour de bon...

 

Et là, Lulu, dans une politique cheulou probablement issue de règles US, nous permet de coller des ISBN sur les formats A5, mais pas sur les formats digest !

 

 

Alors voilà la question : En France, les librairies distribuent des romans sous formats divers, y compris en digest. Pas de règles standard de ce côté là.

Alors j'ai bien envie de mettre l'ISBN fourni par l'AFNIL sur ma couverture digest et dans la page copyright de mon format digest.

 

Lulu a-t-il quelque chose contre ça ???

 

En effet, j'ai écrit un bon pavé. j'ai même du réduire la police pour que la bête passe en un seul volume. Résultat, le prix de fabrication et par extention le prix de vente final de mon ouvrage reste important. Après un calcul des plus honnêtes, on arrive à presque 30€ TTC en A5 (sans les frais de port) contre 24,50€ en digest. (calcul tenant compte de la marge attribuée aux libraires et de la mienne, étant auto-éditrice, qui doit quand même atteindre un pourcentage raisonnable. business is business). 5€ de différence peuvent tou changer. frais de port inclus, on ne dépasse pas les 30€ et ça, c'est bien plus vendeur. 

 

Dans le cas contraire, réduire ma marge de trop reviendrait à brader mon travail. ça n'est bon ni pour moi, ni pour les autres auteurs.

Réponses

  • potetjppotetjp Bibliophile
    Si vous voulez utiliser l'ISBN que l'AFNIL va vous fournir, il vous faut créer votre couverture en une seule pièce et mettre cet ISBN avec son code-barre sur la quatrième de couverture dans les dimensions légales et dans la position légale.

    Je n'achète pas les livres dont les caractères sont trop petits (10pts ou moins). D'après ce que vous dites, j'ai l'impression que vous projetez un ouvrage très très épais en petit format et en caractères minuscules, donc difficilement lisible.

    A votre place, je ferais deux ou trois volumes au format roman en 12pt et avec les ISBN fournis gratuitement par Lulu.
  • Cher JP,

     

    Il s'agit d'une police très lisible grâce au type Georgia qui est plus grand que le Times. Il m'a permis de former mon texte en taille 10. Le premier exemplaire reçu a même été lu par mon compagnon qui pourtant n'a pas une vue très bonne et doit faire changer ses lunettes. C'est tout à fait clair et lisible. Merci pour votre leçon...

     

    Sachez que tout le monde ne fait pas n'importe quoi (times 10). En effet, les types de polices différents font des tailles différentes et ont des lisibilités plus ou moins claires. Mon choix est donc parfaitement calculé et réfléchi pour le confort des lecteurs.

     

    Un changement d'une police Times 12 à Georgia 10 est à peine perceptible. Elle permet pourtant de gagner environ 150 pages sur les 750 et quelques au départ et donc parvenir à 618 pages parfaitement lisibles.

     

    Sachez que chaque projet littéraire entrepris par moi nécessite au minimum un an entre l'écriture, les diverses corrections basiques et l'amélioration du texte par des changements subtils de mots précis afin de créer une musique harmonieuse à la lecture. Ensuite, une période de repos de plusieurs semaines avant relecture afin de prendre un recul nécessaire, puis sa lecture par des proches, chanteurs, écrivains, etc., avant de passer par une dernière correction tenant compte de leurs critiques.

    "La mère de l'humanité" n'aurait certainement pas été mis sur le marché s'il contenant le moindre défaut, la moindre faute de goût ou littéraire, le moindre oubli d'interligne ou la moindre gène visuelle pour le lecteur.

     

    J'ai bien conscience, après avoir parcuru ce forum, que certains bricolent des livres à l'aveuglette, voire torturent notre langue sans vergogne.

     

    ça n'est certainement pas mon cas. Cependant, votre remarque servira peut-être à ceux qui liront cet échange.

     

    Quand à votre réponse à ma question, pardonnez moi mais elle n'y répond pas. J'ai déjà créé ma couverture et je sais parfaitement comment y inclure un ISBN et générer moi-même le code barre correspondant.

     

     

    Quand à la question que l'ai posée sur le forum, Il s'agit seulement de savoir si Lulu exprime quelque part une opposition au fait d'inclure soi-même un ISBN dans le format DIJEST. chose impossible avec les ISBN Lulu.

     

    Dans ce cas, il me serait possible de proposer ce format économique aux petits budjets.

     

    Salutations cordiales. 

  • potetjppotetjp Bibliophile
    Désolé de vous avoir perturbée.
  • Bonjour !

    Je me pose la même question que toi...

    as-tu eu une réponse?

     

    Alors j'ai bien envie de mettre l'ISBN fourni par l'AFNIL sur ma couverture digest et dans la page copyright de mon format digest.

     

    Lulu a-t-il quelque chose contre ça ???

  • Non... Aucune réponse...

     

    Quoi qu'il en soit, le format digest n'est pas très commercial. L'exemplaire que j'ai commandé à titre de test et conservé comme le n°00 de mon roman m'a dissuadée de faire ce pour quoi j'ai posté ma question. Même si son prix est vraiment bas en comparaison.

     

    Alors j'ai opté pour une solution proche, mais différente.

     

    J'ai abandonné cette idée de publier via Lulu, qui est ma foi vraiment extra pour imprimer des exemplaires d'essai et/ou personnels losqu'on est français écrivant en français. Mais pas top question distribution en France.

    Lulu est fantastique lorsque l'on est anglosaxon et les tarifs ici sont vraiment attractifs, les meilleurs.

     

    Dommage qu'il ne fournissent pas d'ISBN français, ni ne mettent nos ouvrages en vente sur des sites français...

     

    Alors J'ai cherché, persévéré et finalement signé un contrat d'édition. Pas bien exceptionnel, mais j'ai pu bénéficier d'un ISBN français et d'une qualité tout à fait raisonnable en ce qui concerne l'objet roman, l'exemplaire à la vente est un peu plus cher, c'est sûr et les tarifs pour ceux que l'on commande soi-même sont prohibitifs. Mais chaque libraire français peut le commander et Le roman est en vente sur d'excellentes plateformes françaises, dont amazon.fr... (et je n'ai pas eu à l'envoyer moi-même à la BNF)

     

    Cependant, je ne vais pas en parler  ici ni en faire la publicité.

    Chacun a ses avantages et ses inconvénients, c'est donc à chacun d'opter pour la solution qui lui convient le mieux.

     

    Je reste ravie des services qu'offre Lulu et j'y reste fidèle pour cela, exeption faite de la mise à disposition de mes romans auprès des libraires et acheteurs français (et francophones).

     

  • potetjppotetjp Bibliophile

    Félicitations. J'espère que vous nous informerez du chiffre de vos ventes dans les librairies françaises d'ici la fin de l'année.

    Au juste, quelles sont les dimensions de votre édition française?

  • Bien le bonjour également,

     

    J'ignore s'il est de très bon goût de communiquer sur ce sujet ici ?

     

    Je n'ai pas grand mérite concernant l'édition de "La mêre de l'humanité", puisque le mode éditorial est, quelque part, proche de celui pratiqué ici.

    Je peux bien sûr vous dire que les ventes ne sont évidemment pas au niveau qui me conviendrait. Mais c'est malheureusement normal pour le premier roman d'une auteure mal connue. Cela permet au moins de petits plus à chaque versement de mes droits. Je suis tout de même contente d'avoir pu libérer ce volume afin de me consacrer à sa suite, dont je termine actuellement le dernier chapitre, motivée par ceux de mes lecteurs qui l'attendent et par mon petit succès au salon du livre de ma ville, stimulé par un article flatteur dans le télégramme. Puis enfin, je passerai à un autre sujet. 

     

    La raison de la signature de ce premier contrat tient dans mon ignorance du monde éditorial et ma méconnaissance des éditeurs succeptibles de produire ce type de littérature. Alors dans mon besoin de passer à autre chose, je me suis pour ainsi dire débarassée après quelques refus d'éditeurs dits "classiques" en choisissant un mode alternatif, afin de mettre à disposition l'ouvrage à mon public. 

     

    Les mots d'ordre étant : travail et recherche, J'ai aujourd'hui de nouvelles coordonnées d'éditeurs et découvert de nouvelles possibilités. 

     

    A ceux et celles qui me liront, travaillez dur et ne lâchez rien. Mais écoutez les critiques pour en tirer enseignement. Surtout quand il est généralement de mise pour ceux qui vous connaissent, soit de vous flatter, soit d'être trop dur, ne soyez pas trop sensibles aux flatteries et travaillez sur les critiques les plus dures.

     

    Bon courage à tous.

     

     

  • Au sujet du format,

     

    15,5 x 22 cm, 700 pages, papier 90g ivoire. Prix de vente public : 23,90€

     

    Les dimensions du volume permettent de faire passer l'intégralité du texte en Times 12. 

     

    J'ai rogné sur mes droits d'auteure afin d'offrir un  prix de vente plus attractif en adéquation avec les tarifs pratiqués en librairie pour des volumes proches, même si ceux-là sont dans des polices plus grandes et souvent remplis d'espaces vides, ce qui, soit dit en passant, me semble abusif étant donné que souvent, le même texte passerait de façon très lisible dans presque moitié moins de pages, le lecteur achetant du papier en surplus flagrant.

     

    Mais nos auteurs célèbres et leurs grandes maisons d'éditions profitent bien de ce stratagème pour gonfler les prix de leur travail, certains romans pourtant bien gros et lourds se lisant en seulement quelques jours.

     

    De fait, présenter "La mère de l'humanité" dans les mêmes conditions implique de ne pas en surpasser le prix de vente, le visuel et la première impression déterminant en général l'acte d'achat, quand de toute façon, un prix de vente trop élevé devient prohibitif, même si vous partez en voyage plusieurs semaines à travers les étoiles en lisant cette histoire.

  • potetjppotetjp Bibliophile

    Je comprends votre pudeur. Quand même, selon vos dires, c'est une expérience encourageante. Encore une fois, félicitations.

  • potetjppotetjp Bibliophile

    Leïla_Belin a écrit :

    Au sujet du format,

    15,5 x 22 cm, 700 pages, papier 90g ivoire. Prix de vente public : 23,90€

    De fait, présenter "La mère de l'humanité" dans les mêmes conditions implique de ne pas en surpasser le prix de vente, le visuel et la première impression déterminant en général l'acte d'achat, quand de toute façon, un prix de vente trop élevé devient prohibitif, même si vous partez en voyage plusieurs semaines à travers les étoiles en lisant cette histoire.


    Il m'est souvent arrivé d'acheter de gros ouvrages spécialisés dans le même format qui me coûteraient maintenant plus de 50€. Ceux qui étaient hors de ma portée (plus de 80€ maintenant), je les lisais à la bibliothèque des Langues Orientales, rue de Lille, Paris, qui a déménagé et s'appelle maintenant la BULAC.

    Mes ouvrages didactiques qui coûtent 35€ sont proposés pour le double du prix sur e-Bay par des petits malins qui n'ont aucun exemplaire, mais les commandent chez Lulu au fur et à mesure.

    D'anciennes éditions qui n'ont plus court de mon Numbers and Units in Old Tagalog sont quand même en vente chez certains bouquinistes en ligne.

    L'idéal dans le cas de la FNAC serait d'y avoir ses ouvrages en rayon ou mieux sur l'une des tables des nouveautés, plutôt que dans sa librairie en ligne.

  • bonjour,

    J'aurais une question similaire, bien que différente: j'ai inscrit un ouvrage et attribué un no ISBN lulu. Est-il possible de revenir en arrière et de mettre son propre no ISBN?

    Merci pour votre prochaine réponse.

  • potetjppotetjp Bibliophile

    Swissyogi a écrit :

    bonjour,

    J'aurais une question similaire, bien que différente: j'ai inscrit un ouvrage et attribué un no ISBN lulu. Est-il possible de revenir en arrière et de mettre son propre no ISBN?

    Merci pour votre prochaine réponse.


    Bonsoir,

    Il vous suffit de faire une nouvelle édition Lulu avec le nouvel ISBN non-Lulu et de retirer l'ancienne édition avec l'ISBN Lulu.

    N'oubliez pas que vous devrez vous même mettre l'ISBN non Lulu et son code sur la quatrième de couverture, donc soit créer une couverture d'une seule pièce, soit créer une quatrième de couverture à cet effet.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.