Nous avons constaté un problème avec la conversion de documents DOC, DOCX, ODT et RTF en EPUB avec notre automate de création.

À l’heure actuelle, nous recherchons la cause du problème et une solution.

Si vous rencontrez ce problème de conversion, nous vous recommandons de créer et de charger un EPUB.

Quoiqu’il y ait plusieurs choix de logiciels de conversion en EPUB, Calibre (Téléchargez ici) montre le plus de résultats satisfaisants pour créer un EPUB compatible avec notre système. Prenez le temps de lire leurs ressources (Disponible ici) pour créer un EPUB 2 que notre système peut valider.

PS : Nous avons identifié une second solution de palliation si vous chargez un document au format DOCX. Ouvrez votre fichier sous Microsoft Word ou OpenOffice ou LibreOffice et convertissez-le en format ODT.
Si votre fichier est autrement formaté correctement (styles, images, etc.), il y a de grandes chances que la conversion réussit.

Case du formulaire de la BNF

Bonjour,

Dans le formulaire de la BNF pour le dépot légal il y a une case "nom et adresse de l'imprimeur". La réponse : lulu.com, (imprimé en France ?) : quelle adresse mettre ? Merci. Cordialement. CZ

Voir question connexe:
Où sont imprimés les livres à destination de la France 

Réponses

  • lulu est un peu un fantôme. Je ne sais si c'est la paranoïa US de la peur du terrorisme qui les incite à se cacher ainsi mais ça ne sent pas la transparence alors pourtant que je ne vois pas bien ce qu'ils auraient à cacher. Il est bien dit quelque part qu'ils ont 4 sites d'impression dans le monde, mais rien ne dit où. Tout est... virtuel. Heureusement, les livres imprimés ne le sont pas.

    Je ne peux que répondre (partiellement) à la question du lieu d'impression en France: l'exemplaire de contrôle que j'ai commandé pour mon bouquin  a été expédié de:
    lulu - service expédition - 733 rue saint leonard - 53100 Mayenne.
    On peut supposer que c'est aussi là qu'il a été imprimé, mais ce n'est qu'une supposition.

    Par contre, il semble que le dépôt à la BNF ne soit nécessaire que s'il y a plus de 100 exemplaires... Mais si c'est correct, je suppose que rien n'empêche pour autant de déposer à moins.

    Philippe Granger   www.respectetverite.org

  • Bonjour,

    En réponse à Philippe Granger, voir ma réponse ici :

    http://connect.lulu.com/t5/Discussions-G%C3%A9n%C3%A9rales/d%C3%A9p%C3%B4t-%C3%A0-la-BNF/m-p/86565

    Le dépôt à la BNF est obligatoire dès le premier exemplaire si le livre est édité en France (donc ISBN français délivré par l'AFNIL par exemple pour ceux qui l'ont demandé). La règle des 100 exemplaires n'est valable que si le livre est édité à l'étranger (dans notre cas c'est discutable : certes Lulu est américain mais l'imprimeur des bouquins commandés en France est français et je présume que cet imprimeur Français a signé un contrat avec une représentation française de Lulu, donc, une personne morale ayant une personnalité juridique en France)...

    Le dépôt à la BNF étant gratuit, et offrant un référencement supplémentaire qui ne peut pas faire de mal, on aurait tort de s'en priver. Je recommande donc un dépôt légal systématique du livre à la BNF dès lors que votre livre sort du cercle strictement privé et que vous voulez que tout un chacun puisse le commander.

  • J'ajoute une chose : pour l'imprimeur j'ai indiqué l'adresse du Groupe Jouve, rue Landelles, à Cesson Sévigné (35) car c'est Jouve qui imprime les livres Lulu, l'historique de prise en charge des colis UPS montre une prise en charge à ce point, et par déduction, j'en ai conclu que UPS est venu chercher les bouquins directement chez l'imprimeur.

    C'est donc ce que j'ai communiqué comme information à la BNF lors du dépôt de livre, et dans les dernières pages du livre en question, à la rubrique "imprimé par".

  • Pour faire le tour de la question:

    Dépôt légal

           Le dépôt légal concerne, à quelques exceptions près, tout livre gratuit ou payant mis à disposition d’un public excédant le cercle familial en France et ne constituant pas un retirage à l’identique. Sont donc a priori concernés tous les livres mis sur LULU en « Accès général », ainsi que ceux mis en « accès uniquement par un lien » dès lors que ce lien figure dans un site web ou un blog ouvert au public. Le fait de se soustraire volontairement à l'obligation de dépôt légal est puni d'une amende de 75 000 Euros ! Ouch…

          L’éditeur doit, pour les livres imprimés, effectuer le dépôt légal auprès de la BNF :
           - en deux exemplaires si le tirage est d’au moins 300 exemplaires
           - en un exemplaire si le tirage est inférieur à 300 exemplaires ou si c’est un livre importé à au moins 100 exemplaires.
           Ce dépôt légal s’effectue auprès de la Bibliothèque Nationale de France en franchise postale, à l’aide du formulaire de dépôt.

           L’imprimeur doit effectuer un dépôt légal en un exemplaire auprès de la BDLI dont il dépend (Bibliothèque de dépôt Légal Imprimeur).

           Cas particulier des livres numériques : les e-books ne demandent aucun dépôt à la BNF, la collecte s’effectuant par des robots directement sur les sites Internet.

           Le principe d’une impression unitaire à la demande, par un imprimeur (généralement mais pas toujours) situé en France, pour le compte d’une société américaine et qui peut même en être l’éditeur officiel lorsqu’on choisit un ISBN LULU, pose donc problème vu que ni comme éditeur ni comme imprimeur LULU ne s’occupe de ces obligations légales. Il me semble que les auteurs fournissant leur propre ISBN ou s’en dispensant doivent assumer les obligations de dépôt de l’éditeur, tandis que ceux qui délèguent à LULU le rôle officiel d’éditeur en optant pour un de ses ISBN peuvent s’en dispenser.

    Mentions légales

           La plupart des obligations sont liées aux contraintes de la distribution plutôt qu’à la loi.

           D’ailleurs, les avis varient sur ce qui est réellement obligatoire tant ce qui est dit et ce qui est pratiqué même par les grands éditeurs officiels peut différer. Par ailleurs, il semblerait que ces mentions ne soient pas obligatoires pour les livres importés. Or nous ne savons jamais clairement où l’imprimeur qu’est LULU sous-traite ses travaux à façon, et donc si c’est importé ou pas.

           Sont donc « en théorie » obligatoires les mentions suivantes :
           - nom et adresse de l'éditeur : en pratique même les grands éditeurs ne précisent pas forcément leur adresse, et il serait abusif qu’un auteur autoédité soit obligé de mettre son adresse personnelle. Si vous avez opté pour l’ISBN LULU, l’éditeur est Lulu.com et son adresse www.lulu.com, ou éventuellement son adresse aux USA. Dans le cas contraire (ISBN perso ou pas d’ISBN), vous êtes l’éditeur et mettre la mention « auteur autoédité » me paraitrait peu porteur commercialement. A vous de voir.
           - ISBN : oui lorsqu’il y en a un, sauf que ce n’est obligatoire que pour les besoins des circuits de distribution et qu’il peut donc très bien ne pas y en avoir.
           - la mention « dépôt légal » suivie du mois et de l'année du dépôt  la BNF : du moins pour les cas où le dépôt légal est obligatoire.
           - nom et adresse de l'imprimeur, avec pays d’impression si c’est à l’étranger.
           - date de l'achèvement du tirage.
           Ces deux dernières mentions concernant l’imprimeur et la date d’impression, à mettre en fin d’ouvrage (en avant-dernière page, puisque les contraintes de distribution impose que la dernière soit vierge), posent clairement problème pour les lulus. D’un côté l’imprimeur à qui LULU sous-traite une impression peut varier selon ses accords du moment ou l’évolution de leur capacité à traiter certains formats ou qualité de papier (tous n’étant pas nécessairement couverts par tous les sous-traitants), et de l’autre, chaque livre étant confectionné pour une commande donnée, il est impossible d’inclure la date de tirage dans le texte.
           Face à cette impossibilité de satisfaire à la loi, je suggère aux lulus d’utiliser la mention : « imprimé par lulu.com, en impression numérique à la date de la commande ». Libre à chacun de rajouter l’adresse de LULU aux USA, mais ça me parait superflu. Le but de la législation est de pouvoir retracer, pour les besoins de censure et d’interdiction diverses, le lieu d’impression d’un ouvrage, la date ne servant qu’à identifier un tirage spécifique de l’oeuvre. En indiquant lulu.com comme imprimeur, nous répondons à cette préoccupation de l’Etat, mais devons rendre les armes sur la question de la date pour laquelle nous ne pouvons rien. Une fois de plus, de vieilles lois se retrouvent mises à mal par les nouvelles technologies et il faut avoir à coeur de répondre à l’esprit de la loi à défaut de pouvoir en satisfaire la lettre.

     

    Philippe

     

  • Ne comptez pas pouvoir indiquer l'adresse de Lulu en France car ce n'est qu'une boite à lettre. En effet, s'il vous vient la curiosité d'aller à l'adresse qui apparait lorsque vous passez une commande, soit : "chez Fiscal Solutions - 23, rue du Clos d'Orléans à Fontenay sous bois (94120), vous tombez chez une Société d'expertise nommée "Léo Jegard et associés" où l'on vous dira que le courrier de Lulu leur est retransmis, mais où ?? ça c'est presque digne du "Secret d'Etat".
    Et si vous espérez trouver l'adresse grâce au N° de TVA, rassurez-vous, il n'existe ni au Centre des Impôts du Val de Marne (94) ni sur Infogreffre qui est l'organe officiel du Greffe de tous les Tribunaux de Commerce en France.
    Si tout ça ne relève pas d'un goût maladif voire pathologique du secret, soyez gentils et dites-moi ce que c'est !!!
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.