Dédicaces - Problème insolite...

Bonjour à tous,

 

J'espère être au bon endroit pour aborder ma problématique.

 

Lorsque j'effectue des dédicaces en librairie ou supermarché, je remarque souvent que les personnes qui me connaissent ne regardent pas du tout les ouvrages que je propose alors qu'elles se trouvent dans la librairie, ou dans le rayon librairie, pour regarder les livres. Elles me saluent et engagent une conversation qui aborde tous les thèmes, mais, généralement, ces personnes ne regardent pas même la couverture de mes livres et ne m'en parlent même pas. 

Avez-vous vécu des expériences similaires?

 

Bonne journée à tous.

Réponses

  • potetjppotetjp ✭✭✭

    Vous achètent-ils vos livres ou sont-ces des radins qui veulent simplement passer le temps?

  • Non, justement, ils n'achètent rien. Le pire c'est qu'ils ne regardent même pas ce que j'écris. Donc, ils ne peuvent savoir si ce que j'écris leur plaît ou non. Ils me parlent de tout sauf de mes livres alors que je suis quand même là pour mes créations... La situation s'est reproduite samedi dernier.

  • potetjppotetjp ✭✭✭

    À mon avis, c'est un cas particulier de la barrière psychologique que le Français moyen pose entre lui et ses proches. Dans le cas présent, ils vous connaissent, donc vont bavarder avec vous, mais, dans leur inconscient, votre livre fait partie de votre vie privée, donc ne les regarde pas. Normalement, ils ne devraient même pas oser y toucher. Si l'une de vos connaissance le fait, c'est soit une personne d'une intelligence supérieure ou simplement une grosse envieuse. De toute façon, comme l'a très bien dit Montaigne: "nul n'a jamais été admiré par ses domestiques".

     

    À l'opposé, les gens qui ne vous connaissent pas n'auront aucun problème à examiner vos livres et même à en acheter car ce geste n'engage à rien dans leur relation avec vous.

     

    Pour supprimer cette barrière, incitez vos proches qui viennent vous parler à le regarder en disant: "Alors, comment trouvez-vous mon livre?" Le "alors" interrogatif est essentiel. Beaucoup répondront qu'ils n'ont pas le temps de lire. Dites-leur: "Jetez-y quand même un coup d'oeil!" et placez un exemplaire entre leurs mains. Certains se sentiront coupables s'ils ne l'achètent pas. Pour enfoncer le clou, ajoutez: "Ce n'est pas cher, seulement ____ €."  Smiley clignant de l'œil

  • Bonjour.

    Merci pour votre réponse qui peut effectivement expliquer la réaction étrange de ces personnes. Il s'agit essentiellement d'anciens collègues de travail avec lesquels j'entretenais des relations cordiales mais superficielles. Quand cette réaction émane d'une personne qui se prétend amie, dans le vrai sens du terme, c'est plus difficile encore à accepter. Quand on a un ami, il me semble que l'on s'efforce de le comprendre. Quand on est ami avec un auteur, à moins d'être allergique à tout support écrit, pour le bien connaître, le mieux est encore de le lire.

    La technique qui consiste à placer le livre dans les mains de l'interlocuteur, je l'ai maintes fois expérimentée, avec des succès variables. Dans le cas qui me préoccupe, cette technique a échoué : les personnes ont feuilleté l'ouvrage avec indifférence avant de le reposer. Il peut s'agir de personnes qui lisent peu ou qui lisent des ouvrages d'un genre précis, vous me direz...

    Je joue beaucoup aussi sur le prix !

    Je vends toujours entre 15 et 20 livres par journée complète de dédicace, mais mon objectif est de trouver les lecteurs adaptés à chacun de mes livres. J'ai besoin que le livre tombe dans des mains et sous des yeux qui sont susceptible de le comprendre. Il faut que la personne appartiennent à la même planète que moi ou qu'elle soit capable d'entrer dans mon mode de pensée.

    Un de mes amis m'a dit un jour que mes nouvelles et mes romans (j'écris de nombreux autres types de livres) ne peuvent être pleinement compris que par des personnes dotées d'une vraie sensibilité et peu matérialistes. Les autres ne verront pas où je veux en venir...

    J'écris avant tout parce que je ne parviens pas à communiquer en profondeur avec mon entourage. Donc, pour moi, il est important que mes lecteurs comprennent ce que j'écris ou tout au moins qu'ils donnent un poids à mes écrits, un sens, une signification qui leur sera propre, pas forcément celui ou celle que j'aurais voulu donner, mais un sens quand même.

    Souvent d'ailleurs, le plus intéressant dans un livre n'est pas ce que l'auteur pense avoir exprimé : le plus important est sans doute ce qu'il exprime à son insu, un peu comme le fait Mozart dans ses opéras.

  • potetjppotetjp ✭✭✭

    kpier a écrit :

    La technique qui consiste à placer le livre dans les mains de l'interlocuteur, je l'ai maintes fois expérimentée, avec des succès variables. Dans le cas qui me préoccupe, cette technique a échoué : les personnes ont feuilleté l'ouvrage avec indifférence avant de le reposer. Il peut s'agir de personnes qui lisent peu ou qui lisent des ouvrages d'un genre précis, vous me direz...


    Effectivement, beaucoup de gens lisent très peu, y compris des personnes exerçant un métier intellectuel ... sans pour autant être des intellectuels. Tant pis pour eux.
    Dans le forum anglais, ils insistent beaucoup sur l'importance de la couverture, qui est l'emballage du produit. Il paraît que beaucoup de gens achètent en fonction de ce seul critère. Il y a sans doute du vrai, mais je reste sceptique.

    Je suis bien d'accord avec vous. Si le lecteur n'apporte rien et ne perçoit pas ce que l'auteur a révélé à son insu, il ne doit pas prouver beaucoup de plaisir à lire.

    Si vous arrivez quand même à vendre entre 15 et 20 exemplaires par séance, c'est déjà pas mal. La majorité des auteurs Lulu ne peuvent pas en dire autant. Félicitations

  • Pour en vendre autant, il faut rester toute la journée, de 8h30 à 19h30, et proposer un choix important de livres différents les uns des autres.  Il faut également proposer des ouvrages à bas prix.

    Pour la couverture, j'ai bien peur qu'ils aient raison ! J'ai remarqué que les acheteurs se focalisaient sur la couverture et le titre avant tout !

  • potetjppotetjp ✭✭✭

    kpier a écrit :

    Pour en vendre autant, il faut rester toute la journée, de 8h30 à 19h30, et proposer un choix important de livres différents les uns des autres.  Il faut également proposer des ouvrages à bas prix.

    Quelle patience!

    Pour la couverture, j'ai bien peur qu'ils aient raison ! J'ai remarqué que les acheteurs se focalisaient sur la couverture et le titre avant tout !

    Vous pouvez toujours les changer.


     

  • Je crois qu'il faut vraiment se donner du mal pour vendre et rester le plus longtemps possible en magasin. Il faut entrer en relation avec chaque personne qui passe.

    On ne peut pas changer les couvertures de livres qui sont déjà imprimés, hélas.

     

  • potetjppotetjp ✭✭✭


    kpier a écrit :

    On ne peut pas changer les couvertures de livres qui sont déjà imprimés, hélas.

     


    Certes, mais vous pouvez toujours faire une nouvelle édition.

    Pour mon premier livre, étant encore novice, j'ai fait une simple couverture unie verte. Correcte, mais sans plus,

    Ensuite, ayant découvert peu à peu toutes les possibilités offertes par Lulu, je suis passé du format A4  au format Crown Quatro et j'ai fait une belle couverture.

    N&U-cover-front-10x15.jpg 

  • Cette couverture est superbe, en effet !!! Mais, au risque de vous vexer, de quoi est-il question dans ce volume?

  • potetjppotetjp ✭✭✭

    kpier a écrit :

     de quoi est-il question dans ce volume?


    J'y expose comment les Tagals (Tagálog, Philippines, Asie du Sud-est) exprimaient les nombres avant l'arrivée des Espagnols, système qu'ils ont abandonné au cours du XVIIe siècle. J'y fais aussi l'inventaire des unités de mesure et de la monnaie ainsi que tous les concepts qui s'y rattachent.

    La couverture représente les nombres de 1 à 5 et en même temps les multiples de 5 de 5 à 25. Le motif est une tranche de carambole (à cinq branches). Content qu'elle vous plaise. Merci  Smiley heureux

  • Autrement dit, il semblerait que vous soyez davantage porté que moi sur les sciences exactes. Je me trompe? De quelles nationalité êtes-vous ? J'espère que la question ne vous semble pas indiscrète. Je me demande aussi quel âge vous pouvez avoir.

  • potetjppotetjp ✭✭✭

    kpier a écrit :

    Autrement dit, il semblerait que vous soyez davantage porté que moi sur les sciences exactes. Je me trompe? De quelles nationalité êtes-vous ? J'espère que la question ne vous semble pas indiscrète. Je me demande aussi quel âge vous pouvez avoir.


    Je suis français de souche bilingue français-anglais et je vais avoir 75 ans au mois de septembre. Je suis entré dans la dernière phase de mon existence; c'est pourquoi je publie le plus possible avant le naufrage. Bien qu'ayant fait un bac moderne-sciences expérimentales, je suis plutôt porté sur les sciences humaines. D'ailleurs allez jeter un coup d'oeil à mon profil; vous verrez que ce livre est le seul dans lequel interviennent des notions élémentaires de mathématiques. 

    De quel nom signez-vous vos livres, que j'aille voir ce que vous avez écrit?

  • Je vous pensais dans la tranche 45-50 ans, je ne sais pas trop pourquoi. J'aimerais préserver mon anonymat sur le forum afin de ne pas devoir me censurer. Pouvez-vous me confier une adresse email afin que je vous donne mon nom d'auteur, qui est d'ailleurs mon nom véritable?

    Je vais regarder vos ouvrages de plus près.

  • potetjppotetjp ✭✭✭

    L'avantage de donner son nom d'auteur à la fin de ses messages sur les forums Lulu et de permettre aux participants intéressés d'aller voir vos livres dans votre profil.

    Je vais vous envoyer un message personnel, signalé en haut à droite par une petite enveloppe.

  • Mais, si vous voulez, si je mets mon nom alors que je me plains de problèmes précis, les personnes concernées vont lire mes message et elles peuvent se sentir blessées. Il faut savoir que je fais partie des gens qui suscitent toujours un intérêt de ragots. Lorsque j'arrive dans une entreprise ou dans un ville, je n'arrive pas à passer inaperçu, et pourtant je le voudrais bien, et je fais l'objet de plein de questions qui sont posées derrière mon dos. Je m'en rends compte assez longtemps après. C'est très pénible parce qu'on ne s'intéresse qu'à des aspects inintéressants et superficiels de ma personnalité.

  • potetjppotetjp ✭✭✭

    Vous avez déjà produit quantités de livres. C'est impressionnant. J'avoue ne pas vous comprendre. Pourquoi en faire un secret ici et les vendre en public dans des librairies ou des supermarchés au vu et au su de tout le monde? Quel paradoxe!

  • Rappel du message précédent :

     

    Mais, si vous voulez, si je mets mon nom alors que je me plains de problèmes précis, les personnes concernées vont lire mes message et elles peuvent se sentir blessées. Il faut savoir que je fais partie des gens qui suscitent toujours un intérêt de ragots. Lorsque j'arrive dans une entreprise ou dans un ville, je n'arrive pas à passer inaperçu, et pourtant je le voudrais bien, et je fais l'objet de plein de questions qui sont posées derrière mon dos. Je m'en rends compte assez longtemps après. C'est très pénible parce qu'on ne s'intéresse qu'à des aspects inintéressants et superficiels de ma personnalité.

     

    Nouveau message :

     

    Tout simplement, comme je viens de le dire, parce que sur ce forum, je me plains d'un certain nombre de personnes et que je ne vois pas l'intérêt de mettre de l'huile sur le feu car il se peut qu'elles tombent sur mes messages. Je veux oublier ces gens et j'avais juste besoin d'avoir un avis pour tenter de comprendre leur réaction. J'ai mis un terme à ces fausses relations, faussement amicales, qui ne m'apportaient rien. J'ai besoin de communiquer sur certains sujets que j'aborde dans mes livres et si des personnes qui se prétendent mes amies ne s'y intéressent pas, je n'ai plus rien à leur communiquer, hormis des banalités et j'ai autre chose à faire ! La vie est courte. Mes ouvrages, pour la plupart, ne trouvent pas leur public.

  • potetjppotetjp ✭✭✭

    kpier a écrit :

     Mes ouvrages, pour la plupart, ne trouvent pas leur public.


    J'ai vu que certains d'entre eux sauvent de l'oubli et de la destruction des documents qui entrent dans le cadre de l'histoire populaire. Ce que vous faites dans ce domaine est très important. J'espère que vous n'oubliez pas de faire votre dépôt légal.

  • Merci ! En fait, les volumes auxquels vous faites allusion trouvent un public. J'ai encore des milliers de supports de ce type à exploiter. Oui, bien sûr, je fais toujours un dépôt légal.

  • je viens de découvrir ton méssage qui m'interpel. T
  • je viens de lire ton message qui m'interpelle. Tu arrives à faire des dédicaces en grande surface. Comment fais-tu ? Je fais quelques dédicaces en librairie, (il me pique 4euros par vente de livre) mais en GS je ne savais pas qu'ils acceptaient. Si tu as plus d'info je suis preneur. Merci Terry
  • Bonjour. Les espaces culturels Édouard Leclerc sont généralement ouverts aux dédicaces. Intermarché parfois aussi. Il suffit de demander s'ils sont d'accord et de fixer une date.

  • Autre hypothèse qui m'a été suggérée : ces anciens collègues m'ont connu dans un contexte de travail et, du coup, ils me parlent de travail.

    Ce n'est donc pas forcément un manque de respect vis-à-vis de moi, même si j'ai encore des doutes.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.